Bonjour, j’ai découvert votre site internet par hasard, j’habite en France et je souhaiterais vous poser une question sur votre émission «Qu’y a-t-il après la mort?». Vous dites que nous dormons en attendant la résurrection mais alors comment les saint peuvent il faire des miracles s’ils ne nous entendent pas? Merci pour votre émission que j’ai énormément appréciée, je suis catholique pratiquante, je vous regarderais maintenant régulièrement, ce qui m’aidera beaucoup à méditer sur la Parole de notre Seigneur Jésus-Christ.

                                                                                                                                                                            – Bernadette

Il y a plusieurs aspects dans votre excellente question, et chaque aspect demande une courte explication.

1. D’abord, la question des «saints». De qui s’agit-il?

Dans la Bible, l’Ancien Testament comme le Nouveau Testament, les saints ne sont pas une classe à part, formée de croyants qui seraient plus proches de Dieu que les autres, ou auraient accumulé des mérites devant Dieu et pourraient intercéder en faveur des autres hommes. Non, dans la Bible, les saints sont tout simplement les croyants fidèles à Dieu, rendus «saints» par la grâce du Père et l’œuvre du Christ. Ils sont saints, en ce sens qu’ils sont pardonnés de toutes leurs fautes, qu’ils vivent une vie nouvelle et grandissent en formant un caractère à l’image de Dieu.

Voici quelques textes qui confirment que les saints sont tous les croyants fidèles :

Psaume 34.9,10

Goûtez et voyez combien l’Éternel est bon !
Heureux l’homme qui se réfugie en lui !
Craignez l’Éternel,
vous ses saints !
Car rien ne manque à ceux qui le craignent.

Proverbes 9.10

Le commencement de la sagesse, c’est la crainte de l’Éternel;

Et la science des saints, c’est l’intelligence.

Daniel 7.21

Je vis cette corne faire la guerre aux saints et l’emporter sur eux.

Actes 9.32

Comme Pierre visitait tous les saints, il descendit aussi vers ceux qui demeuraient à Lydde.

Romains 16.15

Saluez Philologue et Julie, Nérée et sa sœur, et Olympe, et tous les saints qui sont avec eux.

Apocalypse 14.12

C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus.

 

Dans l’histoire, c’est bien plus tard que s’est développée dans l’Église la notion de «saint» en tant que croyant exemplaire, parvenu à la béatitude éternelle, en présence de Dieu dans le ciel et intercédant pour les humains.

Cette notion est étrangère à la Bible, car «il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus homme.» (1 Timothée 2.5).

 

2. Où sont les «saints» (les croyants fidèles) quand ils sont morts ?

Le témoignage des écrivains bibliques est unanime pour présenter la mort comme un sommeil, une absence de vie consciente, avec à la fin des temps un «réveil» qu’on appelle aussi la résurrection des morts.

Parmi les dizaines de textes qui attestent cette réalité, j’en cite seulement trois :

Ecclésiaste 9.5,10

Les vivants, en effet, savent qu’ils mourront, mais les morts ne savent rien… Tout ce que ta main trouve à faire avec ta force, fais-le, car il n’y a ni activité, ni raison, ni science, ni sagesse, dans le séjour des morts où tu vas.

Daniel 12.2

Beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte, pour l’opprobre éternelle.

Jean 5.28, 29

L’heure vient où ceux qui sont dans les tombeaux entendront la voix du Fils de l’homme. Ceux qui auront fait le bien en sortiront pour la résurrection et la vie, mais ceux qui auront fait le mal pour la résurrection et le jugement.

 

3. Reste votre question sur les miracles qui sont attribués aux «saints» ?

Selon l’enseignement clair et sans équivoque de la Bible, les saints qui se sont endormis du sommeil de la mort ne peuvent en aucune manière entendre les prières des êtres humains et encore moins y répondre. D’ailleurs, selon les Écritures on ne peut prier personne d’autre que Dieu lui-même et, nous l’avons vu, il y a un seul intercesseur et médiateur, Jésus-Christ.

Les miracles, les actes surnaturels, peuvent venir de deux sources.

– Dieu accomplit en certaines occasions des miracles, des signes et des prodiges (Deutéronome 6.22; Psaumes 105.5; Jean 2.23; 6.2; Actes 2.43), pour montrer aux hommes son amour et sa puissance, et pour amener les hommes à la conversion du cœur et à Jésus-Christ.

– L’ennemi de Dieu, le diable, fait aussi des miracles en certaines occasions, même des miracles qui semblent positifs (guérisons ou autres), pour éloigner de Dieu, égarer et séduire (Exode 7.10,11; Matthieu 24.24; 2 Thessaloniciens 2.9; Apocalypse 16.14).

Si donc il y a un miracle avéré en réponse à une prière faite à un saint, il n’y a que deux possibilités :

–  Dans certains cas exceptionnels, il est sans doute possible que Dieu lui-même, dans sa bonté, soit intervenu pour répondre à la foi sincère d’une personne croyante, en dépit de son erreur et de son manque de connaissance. Mais dans ce cas, Dieu va aussi diriger cette personne vers la Bible, pour qu’elle réalise que c’est Lui et non un «saint», qui a répondu à la prière.

-Dans de nombreux cas, les miracles attribués aux saints sont en fait des contrefaçons diaboliques de l’œuvre divine et contribuent à entretenir la superstition, l’esprit magique et toutes sortes de croyances et d’enseignement qui sont en contradiction directe avec les révélations de la Bible.

Ce n’est donc pas au miracle qu’il faut se fier pour connaître la vérité divine, mais aux enseignements des Saintes Écritures, qui seules sont un guide sûr et peuvent nous préserver des égarements et des séductions. Encore et toujours, notre seule sécurité repose, comme le Christ nous l’a montré, sur un «Il Est Écrit…» (voir Matthieu 4.4).

Et il nous faut demander à Dieu le discernement, pour reconnaître ce qui vient de lui et ce qui est une séduction…