Le péager se tenait à distance, n’osait même pas lever les yeux au ciel, mais se frappait la poitrine et disait: O Dieu, sois apaisé envers moi, pécheur. Luc 18:13.

Nous devrions souvent prier. L’effusion de l’Esprit de Dieu se produisit en réponse à des prières sincères. Notez cependant le fait suivant concernant les disciples. Le texte dit: “Ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup, il vint du ciel un bruit comme celui d’un souffle violent qui remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues qui semblaient de feu et qui se séparaient les unes des autres leur apparurent; elles se posèrent sur chacun d’eux. Ils furent tous remplis d’Esprit-Saint.” Actes 2:1-4.
Ils ne s’étaient pas réunis pour échanger des scandales. Ils ne recherchaient pas les moindres failles des uns et des autres. Ils avaient conscience de leur besoin spirituel et criaient à l’Eternel pour recevoir l’onction sainte qui leur permettrait de vaincre leurs infirmités et les préparerait à sauver autrui. Ils priaient intensément pour que l’amour du Christ leur soit largement dispensé.
Le même besoin existe de nos jours dans chaque Eglise. “Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici: toutes choses sont devenues nouvelles.” 2 Corinthiens 5:17. Tout ce que le caractère comprend de répréhensible est purifié par l’amour de Jésus. Tout égoïsme est chassé, toute envie, toute tendance à critiquer est déracinée et une transformation radicale prend place dans le cœur. “Le fruit de l’Esprit est: amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur, maîtrise de soi; la loi n’est pas contre de telles choses.” Galates 5:22, 23. “Le fruit de la justice est semé dans la paix par les artisans de paix.” Jacques 3:18.
Paul disait qu’en ce qui concernait la loi — tant qu’il ne s’agissait que d’actes extérieurs — il était sans reproche. Mais quand il voulait discerner le caractère spirituel de la loi et plongeait son regard dans le saint miroir, il se voyait pécheur. Selon les critères des hommes, il n’avait pas péché. Mais lorsqu’il sondait les profondeurs de la loi de Dieu, et se voyait tel que Dieu le voyait, il pliait les genoux avec humilité et confessait son péché.