Or il y avait en séjour à Jérusalem des Juifs pieux venus de toutes les nations qui sont sous le ciel. Au bruit qui se produisit, la multitude accourut et fut bouleversée, parce que chacun les entendait parler dans sa propre langue. Ils étaient hors d’eux-mêmes et dans l’admiration, et disaient: Voici, ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens? Comment les entendons-nous chacun dans notre propre langue maternelle? Actes 2:5-8.

“Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer.” Le Saint-Esprit, prenant la forme de langues de feu, se posa sur chacun de ceux qui étaient assemblés. C’était l’emblème du don qui était alors dispensé aux disciples, don qui leur permettait de parler couramment ces langues jusqu’alors inconnues d’eux. L’apparition du feu symbolisait le zèle ardent qui animerait les apôtres, et la puissance avec laquelle ils accompliraient leur tâche.
“Or, il y avait en séjour à Jérusalem des Juifs, hommes pieux, de toutes les nations qui sont sous le ciel.” Pendant la dispersion, les Juifs avaient été disséminés dans presque toutes les parties du monde habité et, dans leur exil, ils avaient appris à parler diverses langues. Beaucoup de ces Juifs se trouvaient, à l’occasion de la Pentecôte, à Jérusalem, pour assister aux fêtes religieuses qui s’y déroulaient. Or, chaque langue connue était représentée par ces Juifs rassemblés dans cette ville. Ces différentes langues auraient représenté un grand obstacle à la proclamation de l’Evangile; c’est pourquoi Dieu subvint d’une façon miraculeuse à l’incapacité des apôtres. Le Saint-Esprit fit à leur égard ce qu’ils n’auraient pu accomplir par eux-mêmes de leur vivant. Ils pourraient maintenant proclamer au monde les vérités de la parole de Dieu, parlant correctement les langues de ceux qu’ils évangélisaient.
Ce don miraculeux prouvait avec force au monde que leur mission portait le sceau du ciel. A partir de ce moment-là, le langage des disciples devint pur, simple et précis, qu’ils s’expriment dans leur langue maternelle ou dans une langue étrangère.