Ils se rangèrent à son avis. Puis ils appelèrent les apôtres, les firent battre de verges, leur défendirent de parler au nom de Jésus et les relâchèrent. Ceux-ci se retirèrent de devant le sanhédrin, joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le Nom du Seigneur. Actes 5:40, 41.

Quand Dieu touche le cœur des hommes pour les attirer au Christ, une force irrésistible les envahit; ils croient et s’abandonnent à son Esprit. Mais s’ils ne renouvellent pas la précieuse victoire que Dieu leur a offerte, s’ils permettent aux pratiques et habitudes anciennes de revenir, et se complaisent dans les amusements ou le luxe mondains, s’ils négligent la prière et cessent de résister au mal, les tentations de Satan les séduisent et ils mettent en doute la réalité de leur première expérience religieuse. Ils se découvrent peu de puissance morale et Satan leur déclare qu’il ne leur servira à rien de vivre chrétiennement. Il leur dit: “Cette expérience que vous avez cru être de Dieu n’était que le produit d’émotions et d’impulsions déplacées.”
Dès que le croyant accepte les suggestions du Malin, celles-ci apparaissent plausibles. Ensuite, des personnes qui devraient en savoir plus long parce qu’elles ont eu davantage d’expérience religieuse soutiennent les suggestions de Satan. Le Saint-Esprit, avec tristesse, quitte l’âme. Parfois, on a seulement légèrement tendance à se laisser aller à ce comportement et dès qu’on en prend conscience, on redresse la situation. Mais il arrive qu’on s’obstine à résister au Saint-Esprit, jusqu’au moment où cette résistance apparaît comme une qualité.
Il est dangereux de douter des manifestations du Saint-Esprit, car il ne reste plus alors de puissance pour transformer le cœur humain. Ceux qui estiment que les œuvres du Saint-Esprit sont d’origine humaine se coupent de la source divine de bénédictions.