Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amena tous les malades et les démoniaques. Et toute la ville était rassemblée devant la porte. Il guérit beaucoup de malades qui souffraient de divers maux. Il chassa aussi beaucoup de démons, mais il ne laissait pas les démons parler, parce qu’ils le connaissaient. Marc 1:32-34.

En nous donnant son Fils, le Père nous a offert le plus précieux cadeau que le ciel pût nous donner. Ce présent, il est de notre devoir d’en user dans nos relations avec les malades. Placez-vous sous la dépendance du Christ. Soumettez chaque situation au grand Médecin; laissez-le conduire toute action. La prière offerte avec sincérité et avec foi sera entendue. Cela donnera de la confiance aux médecins et du courage aux malades.
Il m’a été montré que nous devrions inviter les malades de nos institutions à s’attendre à de grandes choses parce que nos médecins placent leur foi dans le grand Médecin. Celui-ci, au cours de son ministère terrestre, est allé de villes en villages, guérissant ceux qui venaient à lui. Aucun n’a été repoussé; il les guérissait tous. Il faut que le malade comprenne que, bien qu’invisible, le Christ est présent et peut apporter le relèvement et la guérison.
Après sa résurrection, le Christ a rencontré ses disciples et, pendant quarante jours, il les a préparés à leur future mission. Le jour de son ascension, il s’est entretenu avec les disciples sur une montagne en Galilée où il leur avait donné rendez-vous. Il leur dit: “Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à garder tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.” Matthieu 28:18-20. C’est le privilège de chaque médecin et de chaque malade de croire en cette promesse; c’est la vie pour tous ceux qui croient.