Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice et le jugement: en ce qui concerne le péché, parce qu’ils ne croient pas en moi. Jean 16:8, 9.

Le rôle du Saint-Esprit est clairement défini dans ces paroles du Christ: “Quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement.” C’est le Saint-Esprit qui convainc de péché. Si le pécheur se laisse toucher par son influence vivifiante, il sera amené à la repentance et comprendra combien il est important d’obéir aux ordres de Dieu.
Tandis que Saul s’abandonnait ainsi à la puissance convaincante du Saint-Esprit, il découvrit les erreurs de sa vie, et comprit la portée lointaine de la proclamation de la loi divine. Lui qui était jadis un pharisien orgueilleux, persuadé d’être justifié par ses propres œuvres, s’inclinait maintenant devant Dieu avec l’humilité et la simplicité d’un petit enfant, confessant sa propre indignité et reconnaissant les mérites d’un Sauveur crucifié et ressuscité. Il souhaitait ardemment être dans une communion et une harmonie parfaites avec le Père et le Fils. Dans l’intensité de son désir d’être pardonné et agréé de Dieu, il faisait monter de ferventes supplications vers le trône de grâce. Les prières du pharisien repentant n’étaient pas vaines. Les pensées et les émotions les plus profondes de son cœur furent transformées par la grâce divine, et ses plus nobles aspirations, en harmonie avec les desseins éternels de Dieu. Le Christ et sa justice devinrent pour lui plus que le monde entier. La conversion de Saul est une preuve frappante du pouvoir miraculeux du Saint-Esprit pour convaincre les hommes de péché.
C’est grâce à la puissance du Saint-Esprit que la domination de Satan sera abolie. Le Saint-Esprit convainc de péché et extirpe le mal de l’âme, avec le consentement de l’homme. […]
Par les mérites du Christ, nous pouvons exercer nos plus nobles facultés et chasser le péché de notre cœur.